sanctuaire Inari 伏見稲荷大社 (4) de l'utilité de monter les escaliers

Publié le par Paul B.

P1030015.JPG
En haut, tout en haut, on croit arriver dans une impasse, on entre dans un cimetière shintoïste, inquiétant à souhait, entre grandes tombes grises, multitude de renards statufiés entourés d'un bandeau rouge, torii en pierres, pierres glissantes sous la pluie. Léger découragement :) mais, tout au fond du cimetière, en progressant à travers les pierres qui laissent d'étroits passages, on peu trouver un petit sentier qui rejoint quelques mètres plus tard le point de vue ci-dessus sous un immense torii rouge en plastique (si mes souvenirs sont bons, ca doit même être un torii en plastique rouge gonflable :D). Quand il fait beau quelle vue ! mais quand j'y suis passé, je crois qu'on peut vraiment apercevoir la puissance de la nature japonaise : kyôto enserré entre la masse ténébreuse des nuages blancs et l'épaisse forêt verte impénétrable. En face, les nuages nous cachent une autre série de montagnes et une partie de la ville ; la nature occulte tout ; comme pour le mont fuji, très difficile à voir dans la brume de chaleur. Quand les nuages tombent sur la ville, une grande partie du champ de vision s'enfuit, et sans doute c'est assez japonais ce phénomène d'occultation du réel par la nature, comme quelque chose de sans cesse caché à aller découvrir.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article