Kamakura 鎌倉市 (1) temples abrités dans les collines

Publié le par Paul B.

P1030443.JPG


C'est un peu comme le rendez-vous du mercredi : le retour dans la nature à travers les photos... Nous voilà donc dans les temples -l'engaku-ji, kencho-ji, etc.- de Kamakura 鎌倉市. Cette "petite" ville à moins d'une heure de Tokyo, posée sur les bords de l'océan pacifique, a eu une histoire glorieuse puisque capitale du pays tout au long de la période éponyme. De cette gloire lointaine, il ne reste plus grand chose, et l'atmosphère de la ville est plutôt campagnarde et tranquille malgré les déferlantes de tokioïtes venus se ""ressourcer"" ; car des touristes il y en a :-). Mais, comme toujours dans ce pays, il suffit de s'écarter un tout petit peu des grands courants et sites pour tomber dans des lieux presque vides et tellement plus sereins : comme ces temples dont je vais vous présenter quelques photos et qui étaient préservés ce jour-ci de trop de visiteurs.


P1030436.JPG



P1030438.JPG

On  déniche ces temples dans les contreforts des collines et le premier est à peine indiqué par un petit panneau à deux pas de la station de train qui précède la gare centrale de la ville. Il régnait dans les lieux une tranquilité profonde : nuée de végétaux, multitudes de sous-temples, progression en montant sur les collines. Progression somme toute très japonaise puisque sans fin... Je m'explique : dans l'un d'eux on avancait à la fin dans un vallon qui se rétrécissait en un escalier raide. Sans me décourager je m'élance, mais, il n'y avait pas qu'un escalier raide : bientôt un autre lui succède se dévoilant derrière les arbres, et ainsi de suite dévoilant en haut ce qui me semblait être la plateforme d'un autre temple, inatteignable..., à chaque fois que j'avais l'impression de m'en rapprocher : de nouveaux escaliers ! Finalement je n'ai pas eu le courage de tout faire mais j'étais un peu frustré : où cela pouvait-il donc mener ?

Autre histoire : à l'arrière d'un des temples mais encore dans ses dépendances, des collégiens s'entraînaient pour une course ou un relai : montant les escaliers raides, redescendant la pente et recommençant. Enfin, s'entraîner... c'était un grand mot ! l'ambiance plutôt bonne enfant n'était pas à l'effort sportif délirant et le poteau autour duquel ils devaient tourner se transformait parfois en poteau de repos ! La scène était un peu surréaliste : la végétation folle, les escaliers centenaires en pierre, les renards étranges, ces écoliers qui s'entraînaient dans ce vallon étroit... un peu comme le grand plan séquence d'introduction de Shara de naomi Kawase (ceux qui ont vu le film comprendront peut être ;-)!).


P1030444.JPG


P1030441.JPG


La nature imposait ses droits : en est témoin ses libellules bleues énormes qui parsemaient tout un jardin zen très pur et abstrait, on ne savait pas si, en voletant par dizaine dans les lieux, elles le parasitaient ou en renforçaient sa force mystique... j'hésite, mais le tout était pertubant. En est témoin aussi ce lézard dont la queue bleue était éclatante et étrange et ces nénuphars qui meurent lentement, pour en voir des en fleurs voir
par ici. Enfin, quelques autres éléments "magiques" dans ces lieux : drôle de bonhomme dans un cimetière, plaque en pierre entièrement gravée représentant un étrange moine, statue légèrement difforme etc.






kenchoji : http://www.kenchoji.com/
engakuji : http://www.engakuji.or.jp/index.shtml
site de la ville de kamakura : http://www.city.kamakura.kanagawa.jp/

Publié dans Kamakura 鎌倉市

Commenter cet article