Retour à Inari

Publié le par Paul B.

japon2-178.jpg


J'aime ces lieux qui dégagent des vapeurs de mystères et d'inquiétudes, où l'on peut s'imaginer que la réalité est irrationnelle et que chaque chose abrite un certain pouvoir menaçant. Quand il pleut et que le ciel s'abaisse silencieusement jusqu'au niveau de la tour de Kyôto, le sanctuaire d'Inari à Fushimi fait partie de cette constellation d'endroits un peu surnaturels. La lumière grise ne passe plus les frondaisons et les couloirs métaphysiques des toriis alors assombris donnent l'impression que ce n'est plus qu'une étrange lune qui nous éclaire, la pluie fonce le sol, c'est comme si des projecteurs s'abaissaient avant une séance de cinéma, il va se passer quelque chose..., le vent levé par la pluie qui file entre les arbres agitent les lampions et leur étiquettes comme le passage d'un étrange fantôme entre tous les portiques secouant des cloches ou suivant comme une ombre noir le passant. Si  l'on sort de ces ténèbres, c'est pour déboucher  dans la brume blanche et les rideaux de pluies dans les cimetières du lieu, où le rire maléfique des renards de pierre glissent sur les escaliers sans fin et sur les tombes à n'en plus finir. Quand je suis revenu à Inari le soir pour un festival, tout était différent et l'inquiétant avait disparu alors que je m'attendais à rencontrer une atmosphère plus oppressante encore, comme quoi c'est bien sous la lumière qu'est l'ombre la plus sombre.

japon2-182.jpg


en plein jour et pourtant on se croirait un peu la nuit, escabeau abandonné là, étrange preuve de civilisation dans les lieux, les renards ont-ils happé dans la forêt les ouvriers qui travaillaient à l'installation des lampions pour le festival ?? sans être sacrilège, je vois bien -quand la lumière se retire ainsi d'Inari- ces lieux servirent de scènes de meurtres parfaits (hop on pousse sa victime dans les immenses escaliers) ou de carnages mystérieux ou de suicides prémédités. :D

japon2-183.jpg
couloirs sans fin et route qui se distord, flou qui gagne les étiquettes qui s'entrechoquent dans le vent

japon2-175.jpg

Attention à ne pas marcher sur les ombres des morts dans les cimetières.

japon2-176.jpg




japon2-184.jpg

chemin sans fin, lampions bancals comme des têtes qui s'agitent.  

Inari est vraiment à voir à Kyôto, depuis la gare ce n'est qu'à deux stations de train, 5mins de trajet. Vous retrouverez sur les posts déjà consacrés aux lieux (1) à (5) du sommaire, l'itinéraire de visite du sanctuaire, car si cela ne se voit pas sur mes photos, le chemin n'est pas unique dans le sanctuaire et l'on a très -trop- vite fait de s'égarer, de revenir dans la ville, ou... de disparaître dans la forêt.

Commenter cet article

akaieric 05/03/2008 13:41

Par tous les temps et à toutes les saisons, Inari est un lieu mystérieux...