Les paysages urbains à tokyo

Publié le par Paul B.


La lecture de ひかりのまち (hikari no machi) - quartier de la lumière d'Inio Asano -où les décors, quartiers résidentiels, immeubles à balcons sortes cages à lapin si typique des kilomètres de banlieues japonaises, jouent une importance capitale dans leur uniformité et monstruosité- m'a donné envie de faire une sorte de rétrospective du paysage urbain de la capitale Tokyo. Mais avant, petit rappel géoographique qui peut expliquer le monde urbain japonais : on ne le rappellera jamais assez ; le Japon est un pays très mal fichu, et très mal occupé (pour des raisons géographiques et économiques évidentes, mais aussi culturelles) : la montagne est vide (mais vide, à un point vous pouvez pas imaginer, par rapport à cela nos campagnes sont surbookées, même les pires plaines agricoles françaises désertiques sont surpeuplées par rapport à la campagne japonaise), la plupart du pays est vide, sauf dans la "mégalopole", où là il n'y a qu'une seule et immense ville => gros contrastes en conséquence. Si l'on ajoute des promoteurs immobiliers pas très regardants, un concept du monde urbain pas toujours très réfléchi par les politiques il y a quelques années, on secoue et obtient les banlieues mornes mornes mornes et uniformes des grandes villes et les désastres écologiques côtiers (bah oui sous -leur j'aime la nature- les japonais ont gravement contribué à détruire à un point inimaginable l'environnement *souvenir de la plage de Kamakura et de l'eau gris acide*). Alors trouver un logement, c'est souvent casse-tête (temps d'attente, prêt épouvantable sur des dizaines d'années etc.), pour obtenir un petit appartement de grandes tours, une maison individuelle miniature même pour les grands patrons etc. La plupart des villes étant sans histoire (maisons en bois, destructions de la seconde guerre mondiale), elles ont une apparence relativement uniforme et en pérpétuelle construction. Au final, on obtient un monde urbain typique du centre de la mégalopole que vous pouvez découvrir dans ce post. Je précise que je ne le trouve pas laid, au contraire, comme la nature, tous ces paysages doivent être vues à la fois comme des tableaux vivants et comme la plate réalité du quotidien. La première photo en constitue un exemple type : grande artère, vastes trottoires sur lesquels filent les vélos, succession d'immeubles, et un léger floutage qui donne envie de voir tout cela en décalage.


à Ikebukuro sous Sunshine 60 ou la poésie des autoroutes^^



Omotesando depuis les trottoires c'est une de mes artères préférées de Tokyo, depuis les passerelles qui la traversent, c'est un peu étrange ces bandeaux convergeant à l'infini vert gris, rayures blanches. Malgré les arbres la comparaison avec les champs élysées est un peu à côté de la plaque...



Ebisu : exemple type du délire d'un magnat du patronnat ; petite dizaine de tours avec balcons en arrière plan (le balcon c'est important au Japon : on y met souvent la machine à laver et autres appareils ! :D -dans les guesthouses par exemple-). Au moins à Ebisu, la conception urbaine n'a pas été idiote, délirante, mais pas idiote : grande place publique parsemée d'arbres sur laquelle se tenait en été 2006 un cinéma à ciel ouvert, boutiques le long. Pour y accéder, immense tapis roulant depuis la station JR. Ebisu, le concentré de monde urbain. Et bien sûr au fond, le fameux château.



cascade d'immobiliers à Shibuya (ci-dessus et ci-dessous). Dire que Shibuya avant 1950 c'était des petits villages. (remarque Roppongi c'étaient les "sept collines" (ou 9?)).








le hub shibuyesque : à côté de l'immense gare, la connexion avace le réseau d'autobus.







dans la chaleur suffocante et polluée et acide de l'été : la tour de Tokyo, à peine à 1000-1500 mètres du palais impérial, s'efface déjà dans la brume




Ginza tendance, on est dimanche, il n'y a plus de voitures :D, Ginza Dori LA rue de Tokyo, le show room sony, matsuzakaya, mistukoshi (bâtiments anciens 1920), je pensais que je n'aimerais pas Ginza, trop vieux, trop bourgeois, au contraire le quartier est vraiment bien, certes très vieux, très bourgeois, mais je ne sais pas, il y a une petite ambiance qui me plaît, surtout qu'il suffit de s'écarter de Ginza Dori pour tomber dans des toutes petites rues logées entres les immenses immeubles où il se passe tout plein de choses bizarres et intéressantes.


Quelle régularité dans le postage je suis fier :D ^^ prochain post vendredi sûrement.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

akaieric 03/04/2008 14:04

Belles photos...
J'aime bien celle avec la tour de tokyo, et la dernière à Ginza.
Sinon Roppongi je crois bien que c'est 7 collines.