"Japan won't welcome Chinese Olympic torch guards" [Mainichi Daily News]

Publié le par Paul B.


Sans vouloir surfer sur le buzz des événements j'aurais bien aimé vous parler un peu de la flamme olympique à Paris, j'ai même hésister à vous coller un petit drapeau tibétain, ou les menottes noirs, ou l'action de RSF sur Notre-Dame -quel lieu symbolique !!!-, mais comme je ne sais plus où est la manipulation dans tout ça j'ai préféré me retenir et reprendre une illustration à partir du blog de Loic Sécheresse qui me parait très pertinente (je ne la met pas en grand pour les droits d'images donc vous consulterez l'originale sur le site mis en lien). Bon, je suppose que tout le monde a vu les images farcesques-orwelliennes-délirantes, sous LSD dépressif d'hier, les policiers perdus et hagards, en rollers avec des casques de vélo (!!!! le ridicule tue t'il? ) protégéant une vulgaire flamme (bulle de protection^^), les athlètes désorientés mais finalement complices sans se poser de questions, la pluie malsaine, la tension omniprésente, les protestataires mystérieux, la foule -mais que les plans ne montrent pas-, le service d'ordre chinois qui éteint et rallume la torche à tout va, l'accident mystérieux du tunnel etc.

Alors s'il y a des journalistes qui passent par ici, j'aimerais avoir les réponses à toutes mes questions : c'est qui exactement les pro-tibétains tellement bien organisés (français spontannés ? groupes qui se déplacent de pays en pays ?) ? Qui contrôlaient la police française (son administration ou le service d'ordre chinois)? a-t'on interdit d'éventuelles manifestations pacifiques à côté du relai ? qui s'est permis de faire confisquer les drapeaux tibétains ? qui contrôlaient la médiatisation des images ? (cadrages très serrés, coupures des images pendant quelques minutes vers 13h30 quand la flamme se fait éteindre) mais qui était responsable de cette sécurité si NULLE ? (et accessoirement pquoi ca nous a couté 400 000 euros en temps de rigueur). Ne sommes nous pas capable d'assurer le calme dans une ville ? Pourquoi personne ne souligne t'il pas l'implication zéro de Bertrand Delanöe, "futur leader socialiste", maire de Paris, défenseur des droits de l'homme ??? et qu'on entend se prononcer très mollement sur la question ? pourquoi il y a t'il un silence fracassant de la classe politique sur les événements ? Pourquoi les médias nous versent-ils tant de stéréotypes sur la Chine et le "chinois" ? pourquoi y a t'un silence sur le web là-dessus ? Est-ce que le choc des modèles politiques mondiaux a-t'il eu lieu ? comment croire en une mondialisation qui produit tant d'incohérence et d'incontrôlable ? Certaines personnes se déchargent-elles de leurs angoisses sur ce monde capitaliste soi-disant si efficace et qui en fin de compte ne maîtrise rien ? Et question cruciale : avez-vous eu l'impression qu'on vivait en démocratie hier ? Plus généralement, la démocratie n'est-il pas un régime mort ?

Voilà après le silence de la réflexion des espaces japonais sur le post précédent, le chaos des mots, et peut être que les années 2000 sont les années d'agonie de la démocratie.

Le lien avec le Japon me direz-vous ? mais que nenni, tadam, il est tout trouvé avec les récentes déclarations du gouvernement japonais. En effet, ils refusent la présence des gardes chinois, on peut lire un article qui en parle sur ce lien [j'en ai tiré le titre du billet] que j'ai obtenu en lisant l'article consacré sur la rivière aux canards. Une décision politique qui me paraît bien plus réfléchie et plus saine qu'en France... même si sans doute elle est à moduler connaissant les liens tendus entre les deux pays.

[je date ce billet du 9 avril pour la continuité entre les posts mais étant fabriqué à partir de novuelles données ca peut donner qqls anachronismes sans importance]

Commenter cet article

paul 12/04/2008 21:35

Ah merci, je voulais justement lire cet article de Jean-Luc Mélenchon ! c'est donc chose faite maintenant et c'était intéressant, mais ce post semble avoir été rédigé avant les événements de la flamme, du moins ne les mentionne t-il pas.

Je tiens à préciser que je n'ai pas voulu apporter ici un point de vue argumenté fondé sur une connaissance du sujet, juste un sentiment fort crée par ma perception des images et surtout des questions, auxquelles je n'ai toujours pas aujourd'hui trouvé de réponses.

Que cette affaire de boycott ne soit pas fondé, qu'elle remue de nombreuses racines de racisme etc. j'en suis parfaitement d'accord, l'attribution des JO à la Chine a été faite et nous n'avons pas à revenir là-dessus, le Tibet et le dalaï-lama ne sont pas tout blancs blancs, j'en suis tout aussi d'accord et ne suis pas naïf, mais, que l'on me montre ce spectacle d'une flamme accompagnée de milliers de policiers dans une démocratie, ces oppositions violentes, terribles, entre des pro-tibétains mystérieux et des pro-chinois tout aussi mystérieux, la gestion médiatique des images à la manière d'une dictature, le silence politique là-dessus, le silence -gêné ?- de la société là-dessus, c'est CA qui me choque et je ne peux que me poser des interrogations profondes et je regrette de ne pas les voir traiter sur la place publique par des politiques, des journalistes, sans défendre de point de vue particulier, mais en espérant attendre des éléments de réponses constructives, le reportage proposé par France 2 il y a quelques jours étant d'ailleurs instructif.

Yaneck 12/04/2008 19:41

pour un point de vu différent, je vous conseille la lecture du blog de Jean-Luc Mélenchon, qui fait un article sur cette question.
Il permet réellement de réfléchir à tout cela.

http://www.jean-luc-melenchon.fr/