portraits de visages étrangers

Publié le par Paul B.


sous la gare de Kyôto


Après les
plans de masse, plutôt larges, sans se concentrer sur une personne, un visage, on passe à des "portraits", enfin, photos volées, à peine discrètement, sans accord préalable... ! Premier partie du post sur des photos relativement de près, près des figures, sans avoir eu l'intention de le faire d'ailleurs, recadrage des vieux clichés :), deuxième partie avec des photos en hauteur isolant un personnage du monde de la société japonaise dans l'environnement du quotidien. quelques inédits et d'autres, déjà vues pour les habitués de longue dates, mais que j'aime vraiment. Je pourrais en faire une collection de marques-pages :) ! Bonne visite, très près du quotidien. Les photos de gens continuent certainement dans le prochain post, avec des cadrages plus carrés comme celle ci-dessus.



Gion Matsuri sous la pluie, parapluie transparent, vêtements détrempés^^















une certaine image de toutes les dames -la quarantaine -cinquantaine- travaillant dans les milliers de boutiques franchisées, dans cette aura blanche éclatante, aseptisée, lumière d'au-delà, sol prêt à vous faire déraper, sensation artificielle, drôle de position tordue du corps, néons à vifs, personne, vide dans la lumière. Sur Shijo Dori à Kyôto


à côté des boutiques au Gion Matsuri



pour au-dessus et en-dessous, voir le peuple de l'ombre. Ci-dessus, Tokyo Station sous la chaleur mortelle de l'été, ci-dessous, Kyôto Station sous la pluie, personnel rose qui s'efface dans un dédale de lignes grises.





Ci-dessus, Odaiba, chapeau à la limite du cowboy et haut à franges, Rainbow Bridge dessinant ses arches, pylones (leurs utilités ?) structurant l'espace, certainement 40°C, la pollution qui brouille le lointain, chaleur atroce. Ci-dessous, sur la terrasse du Kioyimizu Dera à Kyôto, dans un nuage vert lointain.






du haut des immeubles au Gion Matsuri, Kyôto, niveau des boutiques sur la rue pendant le festival







parapluie prêt à tomber, défilé, maison à colombage en plastique, immeubles sans âme. Ci-dessous, gare de Kyôto, Kimono sur ciel agité.



Commenter cet article

akaieric 03/06/2008 15:25

J'aime bien la toute première photo, qui montre bien un individu, seul devant le groupe. On a toujours tendance à penser aux japonais comme à un groupe... mais qu'est ce qu'elle ressent, là, cette personne?