Deux par deux

Publié le par Paul B.

le long du vide de la terrasse au Sanzen-In de O'Hara, la pluie innondant le jardin

On continue à rester focalisé sur les gens, les personnages de la foule ; et en préparant ces petits posts je me rends compte à quel point j'aime prendre ces photos de visages, d'êtres humains plus ou moins lointains qui passent, de ces images porteuses d'histoires, d'émotions, la distance infinie entre deux personnes, mais pourtant sur laquelle, on peut avoir l'espoir de mettre des passerelles. Après les plans de foule, les individus, on s'aventure vers les duos, deux personnes réunies par un lien, plus ou moins fort, distance nulle entre eux ou respectueuse, plus ou moins lointain, plus ou moins douloureux, juste passager comme un peu plus bas ces deux personnes, de deux univers différents, qui se croisent dans la gare de Kyôto, réunis de force par l'objectif ou ce jeune étudiant et le vieux monsieur qui s'opposent contre une statue, élève et professeur, mère et fils, couple en perdition sur le bord du vide d'un temple, sagement soudés sur des escalators, étudiants ou salarymens avec le même costume, etc. Le lien humain et sa complexité, ses possibilités infinis d'échange, si peu exploité, peut-être, dans nos égo-sociétés, cela me fascine. Un post qui me permet d'évoquer une large palette d'endroits et lieux que vous serez aussi sûrement amené à visiter comme touristes, ça donne aussi un aperçu global du Japon des grandes villes.


étrange duo dans la blancheur écarlate d'une terrasse de la gare de Kyôto, le ciel gris disperse la lumière crue, étrange duo : frère et soeur ? amis ? pourquoi cet espèce de pyjama rose, vieille sacoche, jambe bizarre pour celui à droite ?


gare de Kyôto, dans le grand hall, deux mondes différents, opposés, sans se regarder, glissent.




Unis et proches sous le parapluie qui les relie :) Escalators de la gare de Kyôto




Devant le ciel tourmenté et la ligne des gratte-ciels de Shinjuku, une mère s'éloigne, démarche un peu triste je trouve, distance marquée avec son fils qui la suit du regard.Tour Mori, Roppongi, Tokyo



* Dans la foule de Shibuya, Tokyo, jeans gris-bleu assorti, lunettes de soleil ou casquette, en vadrouille dans les boutiques ou attendant des gens, regard de la jeune femme tourné vers un point derrière moi, ou vers moi me demandant si je la vise, en fait sur le coup je prenais plutôt le gouffre-artère urbain gris-bleu plastique-métallique qui s'ouvre derrière. On remarque au centre la salopette en jeans bleu, classieuse, portée alors par quelques jeunes japonais en 2006.




gare de Kyôto, autour d'une sculpture, lycéen d'un côté, vieil personne qui se repose de l'autre ; derrière un groupe de jeunes pique-niques.

 


* Une photo que j'aime bcp ! A Asakusa, Tokyo ; rencontres entre générations, que peut bien dire le vieil homme à l'air innocent sous son chapeau blanc à la jeune femme en converse rose bien classes sur le gravier blanc à côté d'un des temples secondaires de Asakusa ? Est-ce qu'il monologue gentiment ? L'ennuie avec des questions ? lui raconte-t'il des souvenirs passés ? échange des conseils sur la peinture ? la félicite pour ce qu'elle fait ? Seule peut être la statue de lion qu'on devine à leur droite sait.


* Parapluies transparents, grande rue de Kyôto, coucou qui fonctionnent en fond sonore, pluie tombant doucement, le japon moderne et le japon ancien ne se tiennent pas par la main, mais se frôlent du bout des parapluies dans une existence sociale où les rapports hommes/femmes restent d'un désastreux incroyable. de quelle sorte le lien qui les sépare est-il fait ?  Sont ils ensemble où se croisent juste à des vitesses différentes dans un espace commun que la photo a réuni, je ne m'en souviens plus ! Mais quelle élégance... Bleu du kimono approfondie par la pluie alors qu'elle brille et altère le costume en haut du dos de l'homme. A Kyôto.



Prière au sanctuaire Yasaka à Kyôto, tout en pierres et bois



* Discussion (entre commères ?), abritée par la discrétion d'un arbre qui est venu placer son long feuillage sur le chemin de mon objectif. Devant le nanzen-ji, au départ du chemin de la philosophie. Photo tiré du post "sur le chemin de la philosphie, regardons les petits détails de la vie" présentant l'ambiance particulière, petits détails du chemin, qui règne sur l'itinéraire, que je vous encourage à aller regarder, j'aime ce post.  



Profil type du couple japonais de cette tranche d'âge :) mais apparemment sincèrement heureux d'être là, pour qu'il n'y ait pas que des jeunes dans ce post ! Si petits devant l'imposant Todaiji de Nara.


Hinhin, Bouteille fluo, short sobre, chaussures classes, coupe de cheveux savamment ébouriffée pour lui, juchée sur talons minces pour elle, j'ai l'impression que le torii sévère se moque un peu du regard touristique de la jeune femme et l'air un peu perdu de son ami, du contraste ultra urbain et cèdres vénérables.




touristes caractéristiques et sacs à dos sur la terrasse du Kiyomizu Dera à Kyôto, face à la végétation qui rebondit le long des pentes. Un hommage à celui du premier plan ;-)



* Il pleut moins cet après-midi, et devant l'Horyu-Ji près de Nara, ces deux jeunes hommes au costume terriblement identique s'éloignent gentiment du champ de mon appareil photo pour me laisser prendre le savant jeu de construction des lignes du bâtiment et des arbres derrière ou ne pas être sur le cliché plus simplement. Ils ne savaient sans doute pas que moi, je les voulais justement sur ce cliché, en opposition avec le paysage derrière. Pour voir la photo originale avec un cadrage beaucoup plus large n'insistant pas sur eux, consulter le post mis en lien plus haut.  



ballade au parc Maruyama à côté du sanctuaire Yasaka.




petit couple très urbain (chemise chouette !) à Hakone, un peu plus loin, les vapeurs de soufre sortent sans même siffler.



Et on finit le post sur la terrasse de la gare de Kyôto sur laquelle les couples viennent admirer le paysage. Comme des acteurs sur une étrange pellicule de cinéma.

Commenter cet article

akaieric 03/06/2008 16:59

C'est une super bonne idée de post... bravo