Parcours thématiques

1/ site un-voyage-au-japon en 8 articles (comme le Louvre en 1h... euh, toutes proportions gardées)

Première visite sur le site ? Envie de découvrir sa tonalité en quelques articles ? Besoin de faire un  voyage au Japon en condensé ? Suivez le parcours. Et pour plus d'informations se rendre sur la page sommaire.

On commence à Kyôto au
Nanzen-Ji, puis on ira contempler les fleurs au Jakko-In à O'Hara et à Nara le Todai-ji. De retour à Kyôto la gare nous préparera au voyage en Shinkansen qui nous mènera vers Tokyo. Arrivé là-bas en journée visitons le centre et le palais impérial. Hissons-nous vers les nuages à Roppongi Hills, pour finir la soirée à Shibuya.


2/ au fil des jardins


Les japonais ont importé l'art des jardins de Chine (comme pratiquement toute leur culture) et l'ont complétement développé dans une très grande diversité. Théoriquement, le jardin est un paysage, reproduisant ou évoquant souvent des lieux réels ou imaginaires, que l'on comtemple depuis un point de vue, le long d'une terrasse.

A Kyoto, débutons par le jardin religieux et zen du
Nanzen ji, ses présentoirs à mousses et masques insolites, puis la sérénité de celui du temple d'O'Hara. Partons à Nara pour contempler la nature dans les jardins Isuien (ou Yoshikien) (1) (2) (3) qui présente un jardin d'edo, un jardin de mousse accompagnant un pavillon de thé, et un jardin fleuri. Enfin, revenons  à Kyoto pour les jardins de 1938 du temple du Tofukuji (1) (2) qui conjuguent modernité et tradition.  

3/ humanité des mondes urbains

Les mondes urbains -la ville, ses quartiers, ses réseaux de transports, les milliers d'immeubles, et sa population- pourraient nous paraître tristes, fades, reflets de l'angoisse du monde moderne (Nobody Knows ?), au contraire, montrons dans ce parcours qu'ils nous offrent sans cesse des petits trésors entre deux ruelles, concert improvisé, file d'attente incongru, bâtiment insolite, villages dans la ville...

Plusieurs rythmes de temps urbains dans divers lieux de Tokyo :
ballade entre Shibuya et le sanctuaire Meiji, nuances entre Meiji et Aoyama en passant par Harajuku, Shibuya contraste nuit, jour et ses jungles urbaines. Plus insolite le château d'Ebisu et Daikanyama. Tempo moderne enfin au Tokyo International Forum.

4/ Japon entre XIXe et XXe siècle : Tokyo sous l'ère Meiji, l'ère Taisho.

Entre la fin du monde d'Edo et les tourmentes de la seconde guerre mondiale, de 1868 à 1939, en s'arrêtant avec la militarisation extrême du régime dans les années 30. Ere Meiji, gouvernement éclairé, bouleversement du Japon : fin de la féodalité, explosion du progrès, deux périodes les plus importantes de toute l'histoire du pays et absolument passionante.

En guise d'introduction
quelques photos de Tokyo sous l'ère Meiji et l'ère Showa où l'on peut voir quelques bâtiments emblématiques de cette période (tour d'Asakusa, parc d'ueno). Puis nous verrons le destin du pont du Nihonbashi et ses dragons dix-neuvième dans la "ville haute", et le musée de Shitamachi à ueno, dans la "ville basse". Poursuivons sur un petit bilan de l'ère Meiji autour de l'oeuvre de Jiro Taniguchi, Botchan No Jidai. On terminera en France, à la même époque (1890-1910), et à Nancy, autour du japonisme et des influences japonaises dans l'Art Nouveau puis autour de divers éléments de japonisme.

5/ Puissances de la Nature

Dès que l'on s'écarte de la ville et des mondes urbains, on plonge dans la nature et l'on sent sa surpuissance solitaire, plus d'humains, plus rien, juste la présence écrasante et menaçante des kamis qui sifflent dans la forêt. Mais la nature nous offre aussi ses merveilles, en patientant un peu et en étant à l'affut. 

Pour commencer beauté des
fleurs du Jakko-In à O'Hara. Du village une petite ballade près d'O'Hara nous menèra à un petit temple, perché sur la montagne. Revenu à Kyôto, visitons le sanctuaire Inari (3) (4) (5) situé dans les montagnes qui jouxtent Kyôto, un jour de pluie, nuages noirs et brouillards. La pluie d'ailleurs, élément si important et présent. Et terminons par les fleurs d'un autre temple, le tofukuji. 

6/ Société japonaise du quotidien

Difficile de caractériser, d'appréhender la société japonaise, sans doute que la multiplicité de ses couches empêchent toute notion globale : part des "traditions", vie du monde urbain, moral et sens du devoir, mal-être général dissimulé, partitionnement en classes (populaires, cadres, déchus) ?? Et si l'on restait dans le quotidien, simple et sans thèses sous-jacentes. Essayons de découvrir quelques aspects de la vie quotidienne, sans tomber dans les clichés, sans tomber dans la critique non argumentée.

Et si l'on commençait par les écoles, l'apprentissage,
parfois près des temples... Pour poursuivre dans le monde adulte : entre uniforme de lycéens et physique plutôt ingrat mais respectueux des temples (voir photo des lycéennes priant), jeunes sans être encore sous le poids du travail (1) (2) , plus adulte et déjà cadres, associant costume cravate et kimono. Quant au quotidien on peut en avoir une idée dans les galeries teramachi à Kyôto, ou avec ses images enfantines que l'on rencontre souvent.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :