Japonisme : villa Kosiki, villa Boomerang, Gustave Moreau, Pont à Mousson,

Publié le par Paul B.

P1040207.JPG


Il y a quelques articles j'évoquais le japonisme et les influences du japon dans l'art occidental et notamment l'art nouveau de Nancy, thème qui m'intéresse beaucoup. En fouillant un peu dans mes archives photographiques, j'ai eu envie d'évoquer deux-trois sujets autour du japonisme, un peu disparate comme d'habitude :-).

 Tout d'abord une curiosité venue d'autres vacances cet été à Royan : l'extraordinaire villa Kosiki datant des annnées 1890, l'unique témoignagne que j'ai pu voir d'architecture japonisante en France de cette époque. On peut l'admirer dans le quartier du Parc et elle fourmille de détails tout à fait moderne, malheureusement je ne sais pas si l'intérieur est protégé et ce qu'il en reste. Je l'ai découverte au cours d'une visite guidée d'excellente qualité proposée par l'office de tourisme.


P1040209.JPG


On peut lire sur le site du pays royannais (http://pays-royannais-patrimoine.com/fiche.php?id=341&Commune=Royan) la description suivante :

"Cette villa, dont l'analyse dépasse largement le contexte de l'architecture balnéaire royannaise, est considérée à tort comme une réplique du pavillon du Japon à l'Exposition Universelle de Paris en 1889. Elevée en 1886-1887 d'après un projet déjà vieux d'un an, il s'agit de la propre villa de l'architecte bordelais Eugène Gervais, auteur du Pavillon de l'Alimentation Française à Bruxelles et de la villa Castel Plage (une des premières villas du Parc de Royan) ; les conquêtes coloniales et la découverte de l'art oriental ont inspiré à Gervais les formes singulières de cette villa aux airs de pagode ; sous couvert d'effets et de détails pittoresques telles ces descentes d'eau terminées en tête de dragons ; ce sont de nouvelles structures architecturales qui sont explorées par Gervais, telle celle du mur-rideau largement utilisée dans le courant du 20ème"


P1040208.JPG


Petit apparté habituel sur ce blog : à une centaine de mètre de la précédente on trouve la tout aussi extraordinaire villa Boomerang datant des années 50 et subissant de nettes influences du modernisme brésilien contemporain de Niemeyer entre autres. Juste pour signaler l'apport de l'architecture japonaise "traditionnelle" dans le mouvement des années 50 : horizontalité, piliers porteurs (villa Katsura), corridor autour des bâtiments etc. Déjà la ville Kosiki préfigure ces réalisations de l'architecture moderne. Charlotte Perriand et Le Corbusier furent marqués par le Japon que la première visita, le second dessina les plans de l'actuel musée d'art occidental de Tokyo.


P1040215.JPG


Revenons au dix-neuvième siècle avec cette aquarelle du peintre gustave Moreau représentant des acteurs de Kabuki témoin de l'intérêt portée par les peintres au japon.  On peut remarquer la fidélité à l'estampe originale (assez rare à retrouver chez d'autres artistes) et l'intérêt porté aux couleurs et formes des costumes. Couleurs qui ne pouvaient que l'intéresser vu la maîtrise de la couleur qu'il a developpé dans son art. Comme tout les peintres de son époque, les estampes l'ont beaucoup marqué sans influencer toutefois son travail de manière évidente. 

Un peintre, admiré par Heredia, que je vous conseille d'ailleurs de découvrir, non à travers ses compositions historico-mythologiques mais à travers son oeuvre graphique et ses tableaux quasi abstrait que l'on peut admirer dans son musée de Paris (
http://www.musee-moreau.fr).


P1040502.JPG


Enfin, dans cette vague de japonisme, la manufacture de Pont à Mousson produisit de nombreuses pièces aux décors chino-japonisants comme ces deux plumiers. Je suspecte le premier d'être plutôt inspiré de la Chine même si l'on peut lire japon en haut à droite. Pour information l'objet courbe avec deux paniers à chaque bout s'appelle une palanche et a été très utilisé au Japon jusque dans les années 1930. Le deuxième est typiquement japonais dans son thème. Je me demande d'ailleurs la signification exacte des scènes représentées ? Ils font partie de ces milliers d'objets de toutes sortes (boîte à gâteau pour des grandes marques, pelle à cendre, étagère, écran pare-feu, encrier, petit coffret etc.) produit alors pour toutes les classes sociales et que l'on peut voir dans certains musées ou antiquaires.


P1040438.JPG



P1040441.JPG


Peut être que tout cela vous donne une petite idée de l'importance que le Japon a acquis à la fin du dix-neuvième dans l'imaginaire collectif occidental qui y a trouvé de l'inspiration et a modifié la perception même qu'avait les japonais de leur art.

je suis toujours à la recherche d'informations sur le japonisme, particulièrement français  : artistes, japoneries, le japon dans la littérature du 19ème etc.  (notamment la poésie).

Commenter cet article