Lanternes métalliques

Publié le par Paul B.


lanternes métalliques somptueuses décorées au mausolée secondaire de Nikko

On quitte les mondes urbains pour poursuivre notre série sur l'art japonais ancien (précédents posts à consulter à partir de cette page). Après avoir vu les lanternes sous leur forme hiératique de pierre froid immortel et immanent, ce post va présenter quelques modèles de grandes lanternes métalliques. L'usage du métal date-t'il d'une époque précise ? d'autant plus que le pays n'est pas très riche en ressources minières ? ont-elles un usage légèrement différents de leurs grands homologues en pierre ? en tout cas, l'usage du métal entraîne apparemment une décoration bcp plus abondante : la cloche est ornementée, la décoration finale au sommet de la lanterne se déploie en flammes ciselées, autour de la lumière, les grillages sont travaillées, et de nombreuses décorations sont apposés sur les socles, et fondre de telles objets doit nécessité une maîtrise technique assez importante. Cependant, tout comme la peau des lanternes de pierre qui se recouvre de mousse, la surface des lanternes métalliques vieillit aussi en s'oxydant en grandes coulures vertes-noires.




sous la fameuse pluie d'été au Chion-In de Kyôto, je ne sais plus si jétais abrité quand j'ai pris la photo et connaissant mon genre je pouvais ne pas l'être, la pluie dégoulinant de partout




Au Toji de Kyôto, avec derrière les arbres immenses un peu menaçants sous un ciel faussement lumineux, la pluie d'orage approche




à Nikko




Au Toji de Kyôto encore, étrange lanterne disproportionnés, presque statue moderne : socle froid trop gros, six pattes prêtent à se distorde encore plus, un chapeau-cloche prêt à s'écrouler, on croirait le tout un peu mou.


Publié dans art japonais ancien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article