A l'intérieur des temples, les brumes d'encens et de lumière s'apaisent

Publié le par Paul B.


japon2-253.jpg


On a tous un peu dans la tête les images d'un japon épuré et zen, peu de mobiliers, peu de décorations, grande simplicité. Si l'on veut faire l'histoire des cette conception, on peut juste citer qu'elle provient en grande partie du choc rencontré par les premiers japonisants français au Japon qui ont brusquement confronté leurs visions de chinoisieries et de bibleots entassés comme des musées et dans leurs illusions avec la réalité plus modeste et surtout un autre mode de vie, qui ne privilégiait pas les meubles, fauteuils, tables, commodes, bibelots, tableaux, lustres etc. qui s'amoncelaient alors dans les maisons européennes. Elle est aussi issue des maisons orientées vers la simplicité d'une époque du moyen-âge de Kyôto (palais Katsura etc.) où la ville, tout simplement moins riche, faisait mine de mettre sur un piédestal le dépouillement, attitude peut-être un peu facile mais courageuse ! Comme toute culture ancienne, richesse ors et clinquants ont compté et étaient apanage des forces dominantes : la décoration des palais (château de Nijo) et des temples (notamment à Nikko), d'inspiration alors chinoise, n'hésitaient pas à employer le luxe. Aujourd'hui il est parfois difficile de s'en apercevoir ; dégâts de la seconde guerre mondiale, incendies, mais surtout déclaration du shintoïsme comme religion officielle sous l'ère Meiji entraînant un abandon des temples bouddhiques et une dispersion des biens dont les occidentaux d'alors ont profité pour mettre sur pieds leurs collections. Si l'on ajoute qu'on a souvent tendance à cacher ce que l'on possède de précieux et que les objets anciens sont très fragiles, on ne se rend peut être pas bien compte de la réalité de la décoration des temples. C'est pour cela que je vous emmène à l'INTERIEUR des temples, car en plus de l'intérêt historique, les lieux offrent une atmosphère un peu magique. Je me souviens surtout du Daikakuji qui présente un important mobilier (associé en plus à de nombreuses peintures) et du Shoren In qui présente un ensemble plus restreint mais qui est vraiment un des lieux phares à visiter -à la tombée de la nuit sous une grosse pluie pour s'abriter bien au chaud dans le sein des salles dorées du temple-.

japon2-250.jpg


Diversité extrême du mobilier d'un temple : le bouddha au fond sur une estrade et dans un autel, les lanternes en bronze jumelles, les bouquets -ici en vrai -, fleurs d'anthuriums, le plus souvent en sculpture ; bronze dorés comme plus loin, ou bcp plus impressionnant comme ceux encadrant le bouddha de Kamakura ou les gigantesques bronzes du Todaiji, c'est de ces bouquets que découlera l'art de l'ikebana auquel deux posts ont déjà été consacrés. On a aussi les offrandes en pyramide, les plaques de souhaits, les ex-voto, tout le nécessaire pour prier dont les tambours comme ci-dessous, les cassolettes à encens, brasero en hiver etc. Tout un mobilier très en horizontalité, recouvrant quasiment l'espace du sol, dans les civilisations asiatiques l'espace intérieur est très horizontal et l'on est le plus souvent assi et par terre -autre manière de vivre l'espace que dans la civilisation occidentale.

japon2-246.jpg


japon2-410bis.jpg


A côté du Senso-Ji, de la véranda sur lequel on est assis à l'espace de salle de première et plus loin d'autres salles, portes sur portes ouvertes. l'on voit aussi les décorations des dessus de portes et l'on peut deviner les peintures du plafond à petits caissons (comme sur la première photo où des fleurs se dessinent dans les caissons). Le jour, le temple japonais est pleinement ouvert sur l'extérieur, et notamment les jardins, l'air circule librement et ventile les larges pièces, le soir le temple et le dieu se referme doucement sur lui-même, lanternes et bougies assurent l'éclairage, les cloisons en papier luisent jaunes, les spirales d'encens se densifient et les lieux prennent un caractère plus étrange. Au loin on entendra peut être un moine pslamodier ses prières, la scandant par les sons du tambour. Eteignons les lumières et partons maintenant vers les temples nocturnes. Déambulant tranquillement dans les salles silencieuses.

japon1-386.jpg

un dieu bouddhique s'agite dans un nuage de feu au fond ci-dessus, ci-dessous épanouissement éternel des bouquets dorés et reflets sur la laque noire

japon1-392.jpg

Et tout au fond, tranquillement un moine veille sereinement, regard dans l'infini proche...

japon1-408.jpg

Publié dans art japonais ancien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article