Charlotte Perriand et la résidence de l'ambassadeur du Japon à Paris 1966-1969

Publié le par Paul B.


Continuons encore avec la designer polyvalente Charlotte Perriand. Junzo Sakakura, architecte japonais, fut choisit pour assurer la conception générale de la résidence de l'ambassadeur du Japon en France, qui devait s'élever sur un terrain du Faubourg Saint-Honoré. Il fait appel à son amie Charlotte Perriand pour l'architecture intérieure et l'équipement de l'ambassade. Ils sont intéressés par la volonté d'exprimer un Japon contemporain. Construite entre deux murs mitoyens, la résidence souhaite "donner aux invités , dès leur arriver dans la cour d'honneur, une impression de grandeur, et conduire leur regard à travers la façade vers l'arrière-plan, le parc et le soleil" (charlotte perriand) en utilisant un système de parois et portes coulissantes. Le mobilier est en partie intégré à l'architecture, l'autre partie étant destiné à être plus mobile, comme les fauteuils recombinables. Un éclairage indirect spécifique est mis au point. De nombreux artistes furent invités à participer : Hisao Dômoto conçu un panneau en carreaux de terre cuite émaillés, Sofû Teshigahara réalisa un "totem" fait de pierre brute et de bois qui accueille les visiteurs (première photo de l'article). Le projet est malmené par l'irruption de mai 68, de la tva, de l'inflation qui provoque des difficultés budgétaires. La résidence est inaugurée en avril 1970, peu après la mort de Sakakura. Si les premiers résidents gardèrent le mobilier conçu par Perriand, les sucesseurs firent virevolter le mobilier "pour finir aux entrepôts du sous-sol, allant même jusqu'à être remplacé par des fauteuils des styles de nos grands rois".

Toutes ces infos viennent toujours de l'excellent livre de Jacques Barsac, charlotte perriand et le japon, éditions norma


plan du rez-de-chaussée : plan libre mais cloisonnement subtile des sous-espaces



de fin treillis qui rappellent les cloisons des maisons closes japonaises, comptoir en marbe du vestiaire


table basse en palissandre massif, fabrication André Chetaille

fauteuils fabrication Boos et Hahn

divan en séquoia et cannage, fabrication De Coene ; table basse fabrication André chetaille (modèle originale de 1962)

paravent, bloc de palissandre assemblés par tiges filetées, fabrication André Chetaille, à mettre en parallèle avec les paravents d'Eileen Grey des années 20.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article